« Le noël du grillon»

pour 12 voix de femmes, traitées en double choeur

 

Compositeur : Edith Lejet
Texte : Elza Rozenberga, dite Aspazija  (poétesse lettone)
Traduction : Anita Klavins
Composition en 2007
Durée : 8 minutes
InÚdit
Création : Saint-Joseph de Caluire (à côté de Lyon) le 28 septembre 2012 à 20 H 30, dans le cadre des « Promenades vocales », par le Chœur Calliope, dirigé par Régine Théodoresco, lors d’un concert sur le thème « A chacun sa peur ».
L’oeuvre prend appui sur un texte dont le ton est populaire, et dont le contenu, de type plutôt dramatique, comporte vers sa fin des suggestions terrifiantes.
Il s’agit d’un témoignage de la vie des pauvres gens. La scène se situe à la jonction des XIX ème et XXème siècles, dans les Pays Baltes, mais en fait cette évocation a une portée universelle.
Dans ce court épisode poétique, il y a des moments de tendresse maternelle, de rêve, de joie enfantine, mais aussi de révolte : on passe d’un sentiment à l’autre presque sans transition. Cet aspect m’est apparu comme un défi à relever au niveau de la composition. Les interprètes ont certainement un rôle très créatif à jouer.
Je suis reconnaissante à Régine Theodoresco et au Chœur Calliope de s’y être intéressés.
E.L.
Dans le foyer chante le grillon,
Dans les bras de maman,
Viens mon enfant.
Aï, ne demande rien !
Il n’y a plus de pain,
Vois, vois, là-bas dehors,
Toutes ces étoiles !
Pour les autres le petit pain et la noisette,
Pour nous, vois, là, par la fenêtre

La lune

Si tendre, si ronde, si blanche,
La lune, qui pour les autres
Ne brille pas d’un tel éclat.
Cesse de pleurer, mon fils,
Calme-toi,
Alors je te conterai
Une joyeuse histoire :
A une charrette le gros matou
Nous attellerons,
Et jusqu’à la lune
Nous roulerons.
Pour toi s’y trouvent
Des jouets flamboyants,
Et des souris d’or pour notre chat.
Un fusil d’argent tu recevras,
Et d’or sera
Sa gâchette.
A ton côté une belle épée
Et dans ta main
Tendu un drapeau rouge.
Dors, mon enfant, dors,
Dans le creux de mes bras,
Tel le grillon,
Dans le creux du foyer.

 


Retour